Apprendre à relativiser…

Je n’avais pas prévu de publier ce billet… En fait, j’avais prévu de publier quelque chose d’un peu plus égocentrique (tu m’diras, quand on parle de sa vie sur internet, on est un peu égocentrique sur les bords… mais je n’ai pas de problème avec ça…). Je devais te parler de moi, encore et toujours, et de mon incapacité à prendre du temps pour moi (je t’en parlerai quand-même plus tard).

Et puis, il y a eu ce petit garçon, ce midi, au restau… Ce petit garçon handicapé, qui est venu manger avec sa famille. Ce petit garçon dont le handicap l’empêche de se tenir droit, de manger ou même de parler… dont le handicap l’empêche de faire les choses simples de la vie. Dont le handicap nécessite une dévotion totale de ses parents.

Et je ne sais pas pourquoi… car ce n’est pas la première fois qu’un enfant handicapé passe la porte de notre restaurant… mais ce midi, j’ai été profondément attristée. Ce midi, j’ai été terriblement touchée, je veux dire, encore plus que d’habitude (car on n’est jamais insensible face au handicap). Pourquoi ? Aucune idée…

J’ai soudain senti les larmes me monter aux yeux, et j’ai ressenti ce besoin de m’isoler, comme le besoin de pleurer un grand coup (ouf, je suis manager, alors je peux monter au bureau sans qu’on me pose de question…). Mais ça paraît tellement déplacé, face à ces parents qui vivent ça au quotidien… Qui ne se plaignent pas, qui prennent la vie comme elle vient, qui se satisfont des petits bonheurs qu’elle leur offre, des moments partagés ensemble…

Alors je me suis dit que j’avais la chance, moi, d’avoir deux enfants en bonne santé, et malgré les débuts difficiles que nous avons connus à l’arrivée de Canaillou dans notre vie (je t’en parlais ici), que nous pouvions devions nous estimer heureux. Que ça n’était rien à côté de ce que peuvent vivre ces familles si courageuses chaque jour.

Je me suis dit que je devais me réjouir chaque jour d’avoir mes enfants en pleine forme. Que je ne devais jamais oublier que certains n’ont pas cette chance… Et que même si parfois Canaillou me prend la tête… que certains donneraient n’importe quoi pour pouvoir gueuler un bon coup après leur enfant parce qu’il a fait une bêtise, parce qu’il n’écoute pas ou qu’il parle trop… Mais que jamais ils n’auront l’occasion de le faire…

Apprendre à relativiser… Une de mes bonnes résolutions que, pour une fois, je vais tenter de tenir…

⭐️ Lilie ⭐️

Image à la une, par ici.

Publicités

2 réflexions sur “Apprendre à relativiser…

  1. Je comprends tout à fait ce que tu ressens, ce genre de choses m’empêche de dormir parfois. Je me demande pourquoi certains enfants sont obligés d’endurer cela et pas d’autres. C’est peine perdue, la vie est ainsi faite et frappe au Hasard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s