Et si on n’y arrivait pas ?

Parfois j’ai peur. Très peur. Je n’aime pas l’échec. C’est vrai, jusque là, j’ai toujours plutôt réussi ce que j’ai entrepris. Mais depuis quelques mois, j’ai souvent peur. De ne pas y arriver.

Les enfants ne sont pas livrés avec un mode d’emploi. On fait comme on peut, mais pas toujours ce que l’on veut. Et avec Canaillou, nous avons arpenté ces dernières semaines un long, très long chemin parsemé d’embûches. Des embûches auxquelles ont se disait complètement intolérants avant d’être parents. Vous savez, quand on ne sait pas encore ce que c’est que de gérer un petit être en manque de maîtrise de soi et qu’on dit en regardant un enfant se rouler par terre au supermarché…

« Oh mais là ça ne se passerait pas comme ça avec moi ! Je peux te dire que c’est pas mon gosse qui oserait me faire un coup pareil !!! ».

Et bien si ! Enfin, ce n’est qu’un exemple. Canaillou n’a pas encore eu l’idée de me faire un coup pareil mais sait on jamais…

Par contre il arrive très bien à me pousser à bout par ses crises de colère, ses caprices, sa méchanceté parfois, son aplomb, son ingratitude… Et pourtant je m’étais promis de faire de mon enfant un petit garçon doux, poli, calme et gentil. Parce que je ne supportais pas mais alors PAS DU TOUT les enfants turbulents, débordants et envahissants !

Je me suis souvent demandé ce que nous avions fait (ou pas d’ailleurs) pour que Canaillou soit aussi difficile à vivre. Nos premières vacances à 4 cet été en Haute-Savoie on été comme un coup de massue pour nous. Il avait été horrible.

Je redoutais vraiment ces vacances de Noël. Car je suis seule avec les deux loulous toute la semaine. Je me disais que je ne tiendrais pas le coup et que je serais sûrement internée en hôpital psy avant la fin de l’année 2016.

Mais finalement la semaine (on n’est qu’à la moitié hein !) se passe plutôt bien. Très bien même. Très peu de larmes, de records de décibels, de colères ou autre. On joue ensemble, on prend le temps, on profite. Et je crois que c’est ce qui lui manquait le plus à notre Canaillou. D’avoir du temps avec son Papa et sa Maman rien qu’à lui.

Il me répète souvent qu’il m’aime. Que je suis SA Maman. Je crois qu’il a encore du mal à accepter que je puisse aimer sa sœur autant que je l’aime lui. D’autant qu’elle est particulièrement envahissante en ce moment, la Crapouillette.

On a tendance à l’oublier parfois parce qu’il parle bien et qu’il est grand (en taille). Mais au fond mon bonhomme est encore un tout petit.

Alors même si c’est difficile et que je me sens parfois désemparée, impuissante et dépassée, je vais faire en sorte de me donner tous les moyens pour que mon Loulou se sente épanoui et heureux. Car il n’y a que ça qui puisse me rendre moi-même heureuse.

Il n’est pas l’enfant que je m’étais imaginée, mais il est lui, et c’est bien mieux comme ça. Parce que c’est cet enfant là que j’aime de toutes mes trippes.

❤ Lilie ❤

Rdv sur Facebook et Instagram !

Publicités

6 réflexions sur “Et si on n’y arrivait pas ?

  1. C’est vrai qu’élever ses enfants n’est pas toujours une mince affaire, notre lapin de 4 ans est difficile par moment, il a tendance à faire des caprices, à nous répondre, bien évidemment nous ne le laissons pas faire mais parfois on se sent totalement désemparé quand il nous pousse à bout mais ça ne l’empêche pas d’être adorable avec les autres donc je me dis que ça n’est qu’un passage parfois long mais il s’assagira, je me souviens de moi quand j’étais petite et je me dis que mes parents ont bien dû galéré quand même mais je me suis calmée en grandissant…je te souhaite bon courage et je suis certaine que ton canaillou va se calmer…quel âge a-t-il ?

    Aimé par 1 personne

  2. L’essentiel c’est tout l’amour que tu donnes à tes enfants. La mère parfaite n’existe pas et l’enfant parfait non plus. Et heureusement ! Je suis persuadée que tu es une maman extraordinaire qui fait de son mieux et c’est le plus important. Bonnes fêtes de fin d’année à toi et ta petite famille. De gros bisous ❤

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai moi aussi souvent des moments de doute. Telle ou telle Little part en vrille de temps en temps et il faut du temps, de la patience et de l’attention pour qu’elle se remette sur les rails. En ce moment c’est Little 2 qui est dans l’œil du cyclone, l’an dernier c’était Little 1, on a tenu bon et cette année c’est bien mieux. Bon courage à toi Lilie, la vie de parent nous bouscule souvent dans nos certitudes… Gros bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s