Working-mum | Vais-je un jour regretter ?

Je me pose souvent cette question. C’est un sentiment étrange que je ressens. Un mélange de frustration de ne pas pouvoir passer plus de temps avec mes enfants, pour profiter de chacun de ces instants qui j’en suis sûre me manqueront terriblement, quand on je me rendrai compte que « tout ça est derrière nous » et que « ça c’était avant » ; et en même temps ce besoin de m’accomplir professionnellement, humainement, socialement, et cette difficulté que j’ai de rester à la maison pour ne m’occuper que d’eux.

J’ai très mal vécu mes deux arrêts de travail pendant chacune de mes grossesses. Pour Canaillou, arrêtée tout le troisième trimestre, je m’en voulais terriblement de ne pas être capable d’assurer jusqu’à la fin. Et pour ma madeleine, arrêtée à 6 mois de nouveau, je me suis carrément demandé si j’étais faite pour être enceinte…

Bref. Tout ça pour dire que je me suis royalement emmerdée (pas par manque d’occupation). La première fois encore, je n’avais que moi à m’occuper. Mais la seconde, avec Canaillou qui n’avait pas 2 ans, j’avais de quoi passer le temps ! Mais je crois que je ne me sentais pas épanouie. Le fond du problème était là.

Donc être mère au foyer m’a toujours paru compliqué.

Mais d’un autre côté… quand je vois que Canaillou a déjà presque 4 ans et ma madeleine bientôt 18 mois, je me dis que le temps passe vraiment trop vite, et j’ai l’impression, du fait de mon implication professionnelle, de passer à côté de beaucoup de choses. De toujours être à 100 à l’heure, de ne pas prendre le temps. De toujours devoir penser à demain alors qu’aujourd’hui n’est même pas terminé. De ne pas être disponible à 100 % quand je suis de repos car il faut faire ceci, cela…

L’équilibre parfait est difficile à trouver.

Et puis, je ne vais pas vous mentir, il faut aussi assurer le paiement de toutes les charges ! Nous avons un remboursement maison qui, pas des moindres, va durer encore un paquet d’années ; nous avons deux enfants à qui nous voulons réserver le meilleur avenir possible… Et si j’ai à un moment envisagé de prendre un congé parental de quelques mois à la naissance de mes enfants, je me suis vite ravisée une fois les calculs faits… On ne peut concrètement pas se le permettre !

Alors je me dis que de toute façon, nous n’avons pas le choix. Et j’essaie de profiter un maximum des moments passés avec eux. Je les regarde grandir, je suis fière de voir leurs progrès quotidiens, je note un maximum de choses (le blog m’aide beaucoup pour ça !). Mais j’éprouve une énorme frustration lorsque parfois je suis obligée de me fâcher après eux parce que ceci ou cela… Car j’ai clairement l’impression que c’est du temps de perdu, de gâché, dont nous n’avons pas su profiter.

Et toujours, cette question à laquelle seul l’avenir pourra répondre: vais-je un jour regretter mes choix ?

Vous en pensez quoi ? Dans quelle situation êtes vous ? Et comment la vivez-vous ? N’hésitez pas à réagir avec un petit commentaire juste en dessous !

Je vous embrasse mes belettes !

🍼 Lilie 🍼

Image à la une 

Publicités

8 réflexions sur “Working-mum | Vais-je un jour regretter ?

  1. Le principal est que tout le monde soit heureux ! Et surtout dès que l’un est dans le doute le rassurer (ou se faire rassurer parce-que au fond c’est souvent maman qui doute) et changer, improviser tous ensemble à court ou à long terme. « Tu n’es pas un arbre alors vas-y bouge! » En tant que mère au foyer je les connais les regards accusateurs, il est vrai que deux choukiloos de 14 mois et 2 ans et demi c’est trop hyper facile à gérer et même que je passe tout mon temps dans le canapé… (à l’écrire je bave d’envie…) enfin bref, comme tu le dis, c’est comme on peut!

    Aimé par 1 personne

  2. Il ne faut pas t’en vouloir.. Surtout que tu n’as pas le choix. Tu fais ce qu’il y a de mieux pour eux, pour vous. Ici nous avons fait nos calculs et nous avons eu le choix que je puisse arrêté de travailler pour m’occuper des enfants. Il m’est déjà arrivé de me demander si j’allais reprendre le travail après que le dernier soit rentrer à l’école. Je ne pense pas, j’espère continuer à bloguer et m’occuper à fond de ma maison :).

    J'aime

  3. Comme tu le sais ici on a choisi que je reste à la maison… je suis très bien, mais parfois l’ambiance entre collègues me manque, et les réflexions assassines de certaines personnes touche (Ben oui je suis feignante qu’est-ce qu’il croient)
    Moi je dis que si on est épanouie dans ce qu’on fait c’est le principal !
    Des bécots 😘😘😘😘

    Aimé par 1 personne

  4. Il faut trouver le bon équilibre et ne jamais regretter ses choix. On a fait le choix de gagner un peu moins pour s’offrir à tous un peu de souffle et plus d’amour ❤.
    J’ai pu négocier 6 mois de plus à 90% après les 3 ans du dernier et je compte bien profiter des garçons à fond et tant pis pour la maison. On arrive sur les beaux jours ; on sera dehors des que le temps le permettra.
    De toute façon peu importe le boulot qu’on fait, on a des vies de dingues.

    Aimé par 1 personne

  5. Moi, j’ai bien profité de mes congés maternités, j’ai travaillé à mi-temps pendant plusieurs années même si c’était (très) raide financièrement et aujourd’hui, j’ai repris à temps plein. Pour moi, l’idéal c’est le temps partiel, quand tu bosses pas loin de la Maison. Aujourd’hui, j’ai 35 minutes de route chaque matin pour aller bosser. Et je constate que je partage moins de choses avec Little 3 qu’avec ses soeurs auprès de qui je passais plus de temps. Elle, elle est davantage avec Papa. Il y a des choses qui me manquent mais, comme toi, j’ai besoin de m’accomplir professionnellement pour me sentir bien. Du coup, je profite davantage dès week-ends et des vacances avec elles. Beaucoup plus intensément je pense que si c’était déjà notre quotidien toute l’année. Voilà voilà! Que de doutes sur nos chemins de parents. 😉 Bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  6. si tu te sens bien comme ça ne te pose pas trop de questions ! ils grandissent trop vite, qu’on soit là ou pas.. moi j’ai pris un congé parental pour le 2eme, car sinon j’aurai eu les 2 en nounou, et pour le coup ça ne valait pas la peine d’aller travailler !! je ne suis pas faite pour être mère au foyer, mais j’ai apprécié cette parenthèse, et surtout ça leur a permis d’avoir un rythme plus cool, sans garderie.. mais j’étais très contente de retourner travailler !

    Aimé par 1 personne

  7. J’ai eu les mêmes questionnements. Les années Nounou me satisfaisaient, je trouvais mon équilibre entre un job à temps plein que j’aime et ma vie de Maman.
    Les choses se sont corsées à son entrée à l’école, le planning s’ est tendu et j’ai très mal vécu sa première année d’école. Ne pas être là le mercredi me rendait malade.
    J’ai réfléchi, sorti la calculette, parlé avec mon mari et décidé de demander un 90% soit tous les mercredis a-m.
    Alors bien sûr c’est la baise absolue quand tu es cadre (même charge de travail rémunérée 10% de moins) mais c’est un tel bonheur, un tel apaisement que je ne regrette rien.
    Nous vivons des mercredis fabuleux, de folles parenthèses enchantées et surtout surtout je me sens à la bonne place.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s